INFO-AUTOROUTE.COM (retour accueil)

< - - - - - - -- - - <- - - -- - - - -<--<----------------------<----------------------------------<----------------------<

ici espace publicitaire

Autoroute MAGAZINE + (pratique, en général, prospective)

En regard ( Octobre - Décembre 2007 ) :

Le système " Vigilant "

 

C'est quoi le Vigilant ?

Le Vigilant, appareil inventé par Jean-Marc Baggio et breveté en 1996, est un système d'alerte routier permettant à tous les usagers de la route de prévenir et d'être prévenus d'un danger. On peut, en résumé, dire que le Vigilant est un " warning intelligent " qui peut avertir les conducteurs environnants à environ 1 km de distance, par tous les temps et à travers tous les obstacles, dont le relief. En 2001, J.M. Baggio a étendu son invention à la sécurité aérienne et maritime sous le nom Proximetre.

 

vigilan_bleu_retro.jpg (8645 octets)

photo : J.M Baggio     

PAU2.jpg (16522 octets)

                                                PAU3.jpg (20684 octets)

photos : APRR - photos prises lors des essais menés avec le Vigilant, avec une installation très simple du système dans les bornes d'urgence permettant de relayer les alertes.

Comment ça fonctionne ?

Le Vigilant est un système adaptable à tous les véhicules, qu'il soit monté d'origine ou rajouté par la suite à l'initiative de l'utilisateur. Inclus dans un boîtier autonome, il pourrait très bien se situer également dans un navigateur GPS, un autoradio, ou tout autre endroit du véhicule compte tenu de son faible encombrement et de sa simplicité d'utilisation. Il a l'avantage d'être compatible avec tous les systèmes électroniques existants à ce jour, y compris ceux qui ne sont pas encore sur le marché. Sur la route, ce warning électronique est reçu de façon progressive par les conducteurs environnants, permettant ainsi de rendre le conducteur attentionné, puis très prudent à l'approche du danger.

Concrètement à bord du véhicule, le Vigilant se manifeste par un clignotement sonore et visuel. Ce clignotement s'accélère lorsque la distance entre l'émetteur et le récepteur diminue, avec une indication du type de l'alerte. Le basculement est automatique en cas d'accident. Côté utilisateur, rien de plus simple : un bip, un voyant, un interrupteur.
Le Vigilant peut également communiquer avec l'infrastructure, et cela dans les deux sens. Ainsi tous les obstacles, temporaires ou permanents, fixes ou mobiles, peuvent être signalés avec un émetteur : passages à niveau fermés, péages, chantiers mobiles, travaux, déviations, zones d'accidents. Dans certaines zones critiques, des récepteurs au sol permettent de détecter et de localiser en temps réel un véhicule en difficulté : tunnels, ponts, passages à niveau, ...


Le Vigilant est équipé d'une pile de secours lui permettant de fonctionner même en cas de panne électrique totale du véhicule. Un système de mémoire enregistre les déclenchements pour réprimer un éventuel usage abusif.
En cas d'alarme prolongée, il est possible de couper le signal sonore, avec une temporisation automatique pour éviter de l'oublier. Un couplage est prévu avec les feux de détresse.


Les véhicules d'intervention (patrouilleurs, pompiers, forces de l'ordre) peuvent être équipés d'émetteurs plus puissants ou directionnels, ainsi que de récepteurs plus sensibles et directifs.

A quoi ça sert ?

Qui n'a jamais vu dans les médias ou simplement entendu parler des carambolages dans le brouillard, des véhicules percutés faute d'attention jusque sur la bande d'arrêt d'urgence, des obstacles invisibles percutés la nuit,...  alors qu'un minimum de communication grâce à un appareil comme le Vigilant permet d'éviter ces accidents, ceux où l'on se dit après : " si j'avais su ... " . Ainsi de nombreuses vies pourraient être épargnées.

 

acc3.jpg (21099 octets)

Véhicule en panne percuté sur la bande d'arrêt d'urgence par un camion. Photo : J.P Lagros

a.acc.ap.jpg (14245 octets)

photo : Pascal Pierart

Où en sommes nous aujourd'hui ?

A ce jour, tout ce que nous avons dans nos véhicules pour prévenir et être prévenu se limite à 4 ampoules oranges qui clignotent, les feux de détresse. Ajoutons les avertisseurs sonores, les appels de phare, la CB, et la radio autoroutière pour ceux qui pensent à les utiliser, et quelques panneaux à messages variables que l'on ne peut pas développer à chaque kilomètre. A l'ère d'Internet, du téléphone portable et de la navigation par satellite, nous avons tous les jours des accidents évitables grâce au Vigilant.
La sécurité dite "passive", celle qui sert au moment du choc, a fait de gros progrès et nos véhicules sont devenus plus sûrs, mais en sécurité active, celle qui intervient avant le choc, rien de réellement innovant n'a été fait depuis les aides au freinage (ABS) et à la tenue de route.

On peut d'ailleurs se demander pourquoi le Vigilant, par sa simplicité et son utilité, auquel il faut ajouter un coût très modique, n'est pas déjà dans tous nos véhicules ? Si on a attendu très longtemps avant de rendre obligatoire la ceinture de sécurité, surtout à l'arrière de nos véhicules, on espère que le Vigilant aura une destinée plus rapide. La sécurité routière que l'on a mis au premier rang de nos préoccupations ces dernières années le mérite, nos vies aussi. La balle est dans le camp de l'Etat qui avec plus de volonté pourrait le rendre obligatoire (une simple vérification au contrôle technique peut valider sa bonne mise en place dans les véhicules d'ancienne génération). C'est à mon sens la seule voie possible vue la difficulté à obtenir un accord global de tous les acteurs privés (constructeurs automobiles et équipementiers divers).

 

Un merci particulier à Daniel LAUTON, de la Direction Technique et Clientèle à la société d'autoroutes APRR, qui est à l'origine de cet article. Merci aussi à Jean-Marc BAGGIO. Le Vigilant a désormais également le soutien d'Info-autoroute.com...

Cyril Chauplannaz (info-autoroute.com)

Le site internet du Vigilant : http://www.vigilant.fr/dossier_cadre_fr/cadre_generaux.htm